vendredi 20 décembre 2019

Mémoires filmées de Mohammed Harbi

Depuis 2011, le documentariste et réalisateur Bernard Richard avec Robi Morder, sur une idée de Claude Kowal et avec la collaboration des éditions Syllepse, enregistrent les Mémoires filmés de Mohammed Harbi. 

À la fois archives, souvenirs personnels et leçon d’histoire en 37 heures. Mohammed Harbi nous amène, à partir de l’histoire du mouvement de libération de l’Algérie et de son indépendance, à appréhender le présent. 

Rejoignant le mouvement nationaliste à 14 ans, membre de la direction de la fédération de France du FLN, Mohammed Harbi fut l’un des principaux promoteurs de l’autogestion après l’indépendance, emprisonné après le coup d’État de Boumedienne, il s’évade et est devenu un historien reconnu de l’Algérie contemporaine. 

Comme ses ouvrages, son témoignage filmé constitue un apport essentiel à la compréhension de la révolution algérienne, de ses échecs et des possibilités ouvertes. Ne bénéficiant d’aucun soutien matériel institutionnel, les heures de tournage, les relectures et visionnages, le montage ont été assurés gracieusement par les initiateurs qui ont fourni le matériel (caméras, micros, etc.). 


Cette première étape a consisté, outre les rencontres préparatoires (6 séances enregistrées sur audio) en 30 séances d’entretiens filmés, relues et corrigées ou complétées par une deuxième série de 30 séances. Les deux séries d’entretiens ont été ensuite montées. 

Parallèlement, une collecte auprès d’ami·es proches a permis de réunir 6 045 euros. Ceci était nécessaire et investi pour l’étape indispensable du montage par une professionnelle et du matériel supplémentaire. Dans le détail, 33 jours de montage à ce jour, disques durs de sauvegarde, DVD et clés USB de travail pour les différents membres de l’équipe. 

Pour la troisième étape – finale –, il manque environ 4 000 euros. Il s’agit : * de l’étape finale du montage, soit 1 000 euros ; * du toilettage du son, évalué à 2000 euros (nous ne pouvons faire effectuer un mixage qui, pour 37 heures, serait hors de prix) ; * de la sauvegarde des masters (fichiers originaux de bonne qualité) sur plusieurs disques durs de sauvegarde et du matériel accessoire, soit environ 1 000 euros. 

Début 2020, les archives filmées pourraient ainsi être disponibles et accessibles au public. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de votre contribution. 

Bernard Richard, Robi Morder, Claude Kowal, Patrick Silberstein, 
Éditions Syllepse
Association pour l’autogestion.

Pour soutenir les Mémoires filmées de Mohamed Harbi :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire