mardi 8 septembre 2015

Compte rendu de la réunion du 5 Septembre 2015



 
Une quinzaine de présents à cette seconde réunion du Réseau pour l'autogestion, les alternatives, l'altermondialisme, l'écologie et le féminisme (Réseau AAAEF), dont 2 camarades n'ayant jamais été membres des Alternatifs. Plusieurs personnes s'étaient fait excuse
En introduction aux débats, Henri Mermé a rappelé la genèse de la création du Réseau, initiée par des membres des Alternatifs favorables au dépassement de leur organisation dans Ensemble !. Une première réunion a eu lieu le 9 Mai et la décision y a été prise de créer une association pour avoir une existence légale. Des statuts ont été déposés (président : Henri Merme ; trésorier : Pierre Gayral) et un compte bancaire a également été ouvert.

Lors de cette première rencontre, il avait également été convenu d'ouvrir le Réseau en direction de personnes intéressées par les problématiques de l'Autogestion du féminisme, de l'écologie et de l'altermondialisme et qui n'étaient pas membres des Alternatifs. Plusieurs ont fait part de leur intérêt mais ont souhaité avoir des précisions sur l'objet du Réseau avant de se positionner.

DEBAT SUR LA PLACE ET L'ORIENTATION DU RESEAU

Des interrogations se font jour chez les présents (mais aussi chez des personnes ayant fait part de leur intérêt) quant à la place que peut occuper le Réseau et à ses rapports avec d'autres structures qui travaillent sur les questions de l'Autogestion, telles que les Amis de Tribune Socialiste (ATS), l'Institut Tribune Socialiste (ITS), l'Association pour l'Autogestion ou d'autres cercles de réflexion. Le risque de redondance avec des travaux menés par d'autres est ressenti par nombre de camarades et il convient de dissiper le flou sur ce que doit être le Réseau.

Il est constaté que les ATS et l'ITS, largement héritiers de l'histoire du PSU, occupent plutôt un créneau mémoriel mais animent aussi réflexions et débats sur le « socialisme du XXI° siècle » . L'Association pour l'Autogestion, pour sa part, se consacre pour l'essentiel à la popularisation d’expériences autogestionnaires concrètes. Pour les présents, cela laisse un espace pour la production d'une réflexion politique transversale originale ayant un caractère opérationnel plus immédiat et qui puisse irriguer les différents courants politiques auxquels participent les membres du Réseau.

La problématique qui se pose pour le Réseau se rencontre dans d'autres espaces de réflexion politique. De multiples initiatives de débats ont lieu (Espace Marx, Société Louise Michel, Association des Communistes Unitaires…). Le risque est plus celui d'une dispersion des énergies que d'une véritable concurrence et c'est aussi une conséquence des réalités de la période. Les redondances possibles ne sont pas un obstacle au débat avec les autres initiatives.

C'est à travers les activités qu'il mettra en oeuvre que le Réseau pourra vivre et faire la démonstration de sa pertinence. Il lui faut engager des initiatives, partir des réalités vécues pour en tirer une réflexion théorique. Il y a un patrimoine intellectuel, politique et historique du courant autogestionnaire au sens large. Un des axes possibles serait d'essayer de rassembler ce patrimoine, les écrits et expériences, de le revisiter et d'analyser ce qui reste pertinent aujourd'hui ; un travail de réflexion loin de toute muséification.

La spécificité du Réseau par rapport à d'autres cercles de réflexion, c'est aussi de porter une réflexion sur des thèmes transversaux et de vouloir les articuler, au-delà de la seule question de l'Autogestion : Ecologie (quid de la décroissance, de l'objection de croissance, de l'antiproductivisme ou de l'alterdéveloppement), féminisme, alternatives, altermondialisme. Un point qui mérite une attention particulière, à un moment où émerge une forme de « citoyennisme » dans de nombreux courants militants, sera la question des stratégies politiques et du rapport au pouvoir (quelle articulation entre émergence citoyenne et Autogestion?).

A également été évoquée la nécessité de trouver des relais territoriaux, faute de quoi le Réseau se réduirait à une tête de réseau qui pourrait s'épuiser rapidement. De même, les présents ont considéré qu'il serait vivement souhaitable de pouvoir mener des initiatives publiques en commun avec d'autres cercles de réflexion politique proches.

En conclusion du débat, il est convenu, au-delà des questions de statut associatif, de rédiger une charte du réseau fixant comme objectifs :

- de revisiter le patrimoine intellectuel, politique et historique du courant autogestionnaire à la lumière des pratiques de terrain actuelles et des exigences de la période que nous vivons
- de lier ces réflexions aux préoccupations de stratégies politiques d'aujourd'hui
- de contribuer à une mise en dynamique des divers réseaux existants dans un esprit de collaboration



DISPOSITIONS PRATIQUES

1) mise en place d'outils pour favoriser l'échange et l'élaboration collective
 

- Le projet de blog proposé par François Preneau est validé sur le principe. Il reste à veiller à l'alimenter régulièrement. Afin de le faire connaître à l'extérieur, l'intérêt d'une « news letter » est pointé. Il serait souhaitable que la responsabilité technique du blog ne repose pas que sur François (appel à un-e volontaire prêt-e à s'investir sur cet aspect)
Il es proposé que l'équipe d'animation du Réseau soit garante de l'animation politique du blog et de l'équilibre des articles publiés en lien avec les animateurs techniques.

- Pour l'échange et le débat internes au Réseau, le google-group (adresse : reseau-aaaef@googlegroups.com° est disponible et attend les contributions. L'adresse contact.reseau.aaaef@gmail.com reste seulement une adresse de prise de contacts. Un espace de débat pourrait aussi être ouvert sur le blog.

- proposition d'un flyer d'information sur la création du Réseau

- La question d'une feuille d'information « papier » reste ouverte. En l'état, il est peut être prématuré de s'y lancer, mais il pourrait y avoir un maquettage des articles du blog transmis sous forme imprimable par internet (diffusion de la main à la main, tirages pour des tables de presse…)

2) Quel type d'initiatives publiques ?
A la réflexion, 3 niveaux d'intervention se dessinent pour la tenue de débats publics :
- à l'échelon local en fonction des forces militantes et des partenaires disponibles
- prévoir une initiative un peu plus conséquente au niveau national (peut être avant l'été 2016)
- se saisir de toutes les opportunités de débat qui peuvent apparaître : Universités d'été, Fête de l'Huma…

3) Organisation du Réseau 
A ce stade, il n'a pas été souhaité modifier les statuts déposés en Juin. Un collectif d'animation a été désigné :
Henri MERME
François PRENEAU
Jean Pierre LEMAIRE
Guy GIANI
Pierre Yves PIRA

Ce collectif d'animation reste ouvert à celles et ceux qui voudraient s'y investir et un appel est lancé aux volontaires, en particulier aux camarades femmes, très peu représentées à la réunion du 5 septembre.

Un barème de cotisation indicatif a enfin été adopté :
- revenus inférieurs à 800 € par mois : 10 € par an
- entre 801 et 1200 : 20 €
- entre 1201 et 1800 : 30 €
- entre 1801 et 2800 : 50 €
- Au dessus de 2800 : plus de 50 € si vous pouvez

Les chèques à l'ordre de « Réseau AAAEF » sont à adresser à Pierre Gayral, 4 villa Manet, 95360 Montmagny

Aucun commentaire:

Publier un commentaire