mercredi 6 avril 2016

Pour Marcel, en hommage à Marcel Magagnosc


Marcel Magagnosc, instituteur et directeur d'école, aura marqué plusieurs générations d'élèves et leurs familles, dans les communes où il avait exercé, en particulier à La Brigue (dès le rattachement à la France en 1947) et à Cannes. 

Ses qualités d'écoute et de générosité, d'exigence et de bienveillance ont laissé une trace durable dans les milieux de l'Education Nationale. Ce sont ces mêmes qualités qui ont fait de lui un militant emblématique et très aimé, sur le plan syndical (au SNI-PEGC 06 et au sein de sa tendance "Unité et Action" puis au SNUIPP) comme sur le plan politique, au cœur de la gauche. 

À plusieurs reprises, Marcel a eu l'occasion de montrer son attachement à l'unité d'action de toute la gauche, et ce sans exclusive. Il a d'abord milité au PCF et a participé aux Comités d'Initiative Communiste dès le début des années 70, portant un regard critique aiguisé sur le stalinisme. Puis, il a côtoyé un moment le PS et le PSU, très intéressé par l'autogestion mis en avant par le PSU, sensible à la dimension écologique et soucieux aussi des solidarités internationales. 


Lecteur assidu du Monde Diplomatique, il ne supportait ni les inégalités ni les injustices partout dans le monde. En 1988, il est l'un des animateurs dans les Alpes-Maritimes de la mouvance des rénovateurs communistes et s'engage pleinement dans les comités de soutien à la candidature présidentielle de Pierre Juquin. 

Dans le département, où plus d'une centaine de militant-e-s d'origines diverses participe à cette campagne très dynamique, il est l'un des artisans de la fusion de sa mouvance issue du PCF avec celle de la gauche alternative (engagée alors, pour une large part, à la FGA et au PSU). C'est cette fusion qui donnera naissance à l'Alternative Rouge et Verte (AREV) que Marcel, conseiller municipal du Cannet-Rocheville, et sa femme Maguy animeront à l'échelle locale et, avec d'autres, à l'échelle départementale. 

Combiné à son activité professionnelle, son engagement local inlassable en fera l'une des figures de proue de la gauche locale, en résistance contre une droite extrême et clientéliste. 

En 1998, au moment de la création des Alternatifs, issus de la fusion de l'AREV et de la CAP (dont il était aussi adhérent, la double appartenance avec l'AREV étant alors possible), nos chemins organisationnels ont divergé mais nos engagements communs sont restés les mêmes. La majorité d'entre nous a choisi de participer aux Alternatifs. Marcel, lui, soucieux de ne pas se couper de la gauche plurielle pour peser sur elle n'a pas souhaité participer à la construction d'une organisation indépendante de cette gauche trop peu à gauche. 

Aux côtés d'André Aschieri et d'autres élus locaux, Marcel avait été de tous les combats écologiques locaux et en particulier de la mobilisation contre l'A8bis, dans les années 1990. Marcel choisit alors de prolonger ce combat en s'impliquant très fortement dans le lancement d'un mouvement politico-associatif local, Citoyens - constitué autour d'André Aschiéri, alors maire écologiste de Mouans-Sartoux et devenu l'un des six députés Verts de la mandature "gauche plurielle" - dans la circonscription électorale d'André. 

Même si nos chemins avaient divergé en 1998, nous nous étions retrouvés dans la campagne unitaire et citoyenne du "Non de gauche" en 2005 et Marcel avait suivi avec intérêt la constitution du Front de Gauche et la fusion des différentes composantes de la gauche alternative dans Ensemble! et au sein du Front de Gauche. 

Depuis 2012, il était effaré par la dérive gouvernementale du duo Hollande-Valls chaque jour plus à droite : elle le plongeait dans un profond désarroi qui s'ajoutait à celui provoqué par la disparition de Maguy en 2013. Il ne supportait plus tant de déceptions politiques. 

Marcel s'identifiait aux humbles ; son humanité militante s'ancrait dans cette tradition populaire de dignité et de lutte La meilleure façon de lui rester fidèle, c'est, toutes et tous, de prolonger ses combats. 

Et dans ces combats, nous sommes avec Marcel-Paul, son fils, militant actif de la gauche de transformation sociale et écologique et avec Janie, sa fille qui a été conseillère municipale (les Alternatifs) de Nîmes et qui a rejoint le mouvement Ensemble! où nous continuerons d'agir en commun. 

Marcel, nous ne t'oublierons pas. 

Ses camarades de la gauche alternative, ex-AREV, ex-Alternatifs, membres d'Ensemble ! 06.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire